A la une, Arts, Danse, Interviews
Leave a Comment

Mouvements de l’être intérieur avec Caroline Denervaud

C’est à travers la symbiose entre le mouvement et le corps que l’artiste plasticienne Caroline Denervaud approche ses compositions : elle danse pour “se parcourir”, et peint pour garder l’empreinte des mouvements de son esprit en rapport avec les conditions du monde qui l’entoure. Dans cet acte créateur, son corps participe activement à cette quête d’une forme simple et d’un équilibre juste pour représenter à l’aide de son pinceau, les contours d’un mouvement, d’un instant, d’une émotion quelque soit le média : une performance, une video, une peinture ou un collage. 

Cette méditation autour du mouvement demeure son moyen d’expression le plus sincère, brut, et libérateur. C’est à travers ses vidéos qui répondent méticuleusement à une unité de temps, de lieu et d’action que l’on parvient à s’immerger dans le souffle créatif de Caroline Denervaud : des mouvements de danse s’entremêlent aux gestes du matériau pour parvenir à un équilibre ténu et apporter une vie nouvelle à l’art de la performance. 

Née en 1978 à Lausanne et vivant actuellement à Paris, Caroline Denervaud étudie la danse et la Chorégraphie au Laban Center à Londres. Après un accident, elle décide d’orienter ses recherches et se forme aux Beaux-Arts de Paris puis au Sudio Berçot. 

1. Vous considérez-vous comme une figure de l’art contemporain ?

Caroline Denervaud : On pourrait dire que je suis une chercheuse dans mon art, à une époque contemporaine.

2. Comment définiriez-vous votre style ?

Caroline Denervaud : Poétique, joueur, parfois risqué, un peu naïf, spontané, sans doute assez abstrait.

3. Racontez-nous votre parcours…

Caroline Denervaud : Mon rêve aurait été d’être danseuse. Après des études de danse à Londres et un accident, j’ai du arrêter, un peu brutalement. Il fallait alors continuer autrement. Je suis entrée aux Beaux-Arts de Paris pour deux ans, puis au Studio Berçot pour y étudier la mode. C’est seulement en 2014 que j’ai osé montrer mon travail, notamment sur Instagram et cachée sous un pseudo. Ce premier pas fut comme une naissance, une existence plutôt. Depuis je continue à présenter mes recherches et à exposer. Je continue à chercher, à faire sortir, à lâcher, jouer… quotidiennement.

4. Peut-on dire que vous êtes une artiste pluridisciplinaire ?

Caroline Denervaud : Oui. J’ai besoin de cette liberté, je ne veux pas m’enfermer dans une seule discipline.

5. Quelles figures artistiques vous inspirent au quotidien ?

Caroline Denervaud : Pina Bausch, Paul Klee, Jean Arp, Serge Poliakoff, Anne Teresa de Keersmaeker, Picasso, Morandi, les frères Van Velde, Calder, les Dadas.

6. La chorégraphe Anne Teresa de Keersmaeker définit la danse comme “une architecture en mouvement”, n’êtes-vous pas dans la même mouvance appliquée aux arts plastiques ?

Caroline Denervaud : J’ai suivi un stage chez Anne Teresa de Keermaeker et cela a été fascinant de voir à quel point la base d’une recherche peut-être différente. Je comprends cette phrase et approuve sa justesse pour les arts plastiques mais je dirais qu’elle peut correspondre soit à la base de la recherche, soit à la finalité, soit aux deux peut-être ? Dans mon travail ce n’est pas l’élan premier mais quelque chose d’important. Cette phrase me plait beaucoup !

7. De l’inspiration à la création, quelles sont les étapes de votre travail ?

Caroline Denervaud : Toujours faire le vide d’abord, mettre le cerveau en veille. Le reste généralement suit ! J’ai besoin d’être seule. Je ne reviens jamais sur une peinture ou une vidéo, je travaille vite, dans l’instant. Si je geste est trop posé, j’arrête et recommence autre chose. J’aime que ce soit spontané.

8. Que pensez-vous du travail d’Helena Almeida dont l’oeuvre questionne le rapport entre corps et mouvement pour en faire une oeuvre d’art ?

Caroline Denervaud : J’ai beaucoup d’estime et de respect pour son travail. Le corps est une base, le mouvement me fascine dans sa richesse et sa simplicité d’expression… l’oeuvre d’Helena Almeida me touche. Je préfère d’ailleurs ses photographies et vidéos sans peintures. Il y a beaucoup de vulnérabilité et pour moi c’est très fort.

9. Avez-vous déjà songé à des performances mêlant art plastique, danse et percussions corporelles ?

Caroline Denervaud : Oui, on peut dire que dans mes vidéos on retrouve un peu tout ça. En public je ne l’ai jamais fait par contre. Je ne sais pas si cela me tenterait, on ne sait jamais!

10. Pratiquez-vous un instrument de musique ?

Caroline Denervaud : Malheureusement non.

11. Quels matériaux utilisez-vous ?

Caroline Denervaud : J’aime beaucoup faire mes mélanges. Actuellement je travaille à la caséine mais aussi à la cire. J’aime beaucoup l’encre aussi, parfois le pastel sec. Toujours sur papier !

12. Comment travaillez-vous la couleur ?

Caroline Denervaud : C’est difficile à dire. Comme la forme sans doute, c’est un équilibre. Là la phrase d’Anne Teresa de Keermaeker me serait utile !

13. Des projets à venir ?

Caroline Denervaud : Des décors pour un défilé, un salon et une exposition à Boston avant le printemps.

En savoir plus sur Caroline Denervaudwww.carolinedenervaud.com

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s