Arts, Interviews
Leave a Comment

La fable d’Aurèle et du yellow LostDog

Artiste plasticien post industriel né en 1963 à Paris, Aurèle découvre au début des années 80 au hasard d’une rue de New York,  l’affichette d’un chien perdu « Bob, the lost dog ». Il rencontre Andy Warhol, Arman, Villeglé et Raymond Hains, qui marquent son parcours. En 1990, il expose ses œuvres chez Leo Castelli, à New-York, et débute une collaboration avec Agnès B. qui présentera régulièrement son travail. En 1999, il emménage chez Nan Goldin avec sa compagne Joana Preiss. Dans les années 2000, il expose à la Fondation Coprim, à la plage avec Enrico Navarra. Vient ensuite la première commande publique : 6 chiens en bronze pour la façade du Musée de Rodez. En Mai 2005, Aurèle participe à la foire de Shanghai. Depuis l’artiste vit et travaille entre la France et la Chine. Il crée des projets monumentaux dont le fameux LostDog museum. En 2009, lui est remis le prix de sculpteur de l’année à Shanghai. Aurèle sera présent au Pavillon Français de l’Exposition Universelle de Shanghaï à travers LostDogCo2 : un chien géant de 4,5 mètres de haut utilisant la technique des infrastructures vertes. Immersion dans le “yellow world” d’Aurèle…

1. Vous considérez-vous comme une figure artistique, une “force contemporaine” ?

Aurèle : J’espère. Mais une anecdote amusante me ferait dire que oui, peut-être : Il y a 10 ans, 20 ans même, on me targuait d’être un artiste bien pessimiste quand j’essayais à travers le chien, le jaune, et tous les moyens mis à ma disposition d’attirer l’attention du public sur des problèmes liés à l’écologie, aux épidémies… Aujourd’hui, alors que mon message est resté le même, certains me voient comme un opportuniste. L’époque m’a rattrapé, c’est triste mais cela me renforce dans mes convictions et dans mon envie d’essayer de faire quelque chose.

2. Comment définiriez-vous votre style ?

Aurèle : Post-industriel comme disait Pierre Restany.

Aurèle_et_-The_LostDogCO2-,_sculpture_en_plantes_dépolluantes_présentée_au_pavillon_français_de_l'Exposition_universelle_de_Shanghai,_Chine,_2010

3. Vous sentez-vous investi d’une mission ?

Aurèle : Oui, c’est mon moteur. Ma seule raison de vivre. J’ai toujours eu un côté Rimbaud et je veux pour toujours être Zorro (rires…). Ne jamais perdre espoir à 5 minutes du miracle.

4. Racontez-nous votre parcours…

Aurèle : Ce serait long. Mais ce sont les rencontres qui m’ont toujours porté. Et les hasards objectifs qui en découlent.

Aurele-et-AndyWahrol (1)

Aurele et AndyWahrol, 1986

5. Votre rencontre avec Andy Warhol a-t-elle marqué un tournant dans votre carrière ?

Aurèle : Oui. Mais rencontrer l’homme, c’est prendre le risque de démystifier son travail.

a4

6. Quelles sont les origines de “Bob, the LostDog” ?

Aurèle : En 1986, c’était mon premier voyage à New-York. Avec les Portnawak, dont Fred LaTrace devenu Fred Kleinberg et Boredom devenu Mano Solo, on arrachait des affiches la nuit dans la rue. Au sommet d’un réverbère, j’ai vu ce Reward. Je l’ai conservé longtemps avant que j’en comprenne le sens et qu’il devienne mon travail.

7. Quelles valeurs souhaitez-vous transmettre à travers the LostDog ?

Aurèle : Si je voulais transmettre des valeurs, ce seraient celles qui m’ont interpellées dans cette affiche qui contient je pense tous les mots et les maux de nos vies. 100$ : l’argent omniprésent. Bob the LostDog : c’est toi, c’est moi. Reward : récompense d’une quête qu’elle soit spirituelle ou matérielle. Fiendly : L’amour, l’amitié un besoin universel. LostLostLost : perdus, face aux guerres, aux pollutions, aux épidémies. Wanted : la volonté, la recherche, un premier pas pour changer le monde : ACTION = SATISFACTION / SILENCE = MORT

Exposition_d'Aurèle_-Chantons_sous_la_pluie-_à_La_Galerie_Lara_Vincy,_14_octobre-3_décembre_2011,_Paris_(France)

8. Parlez-nous du musée éphémère qui sera abrité dans Bob le chien jaune, pour l’exposition universelle 2010 à Shanghai…

Aurèle : Il y a confusion…ou amalgame. Le projet du Lost Dog Museum est un projet différent. Il a certes été en compétition pour le Pavillon français de l’exposition universelle de Shanghai en 2010 mais c’est le projet de Jacques Ferrier qui a été choisi. Finalement, je proposerai dans l’atrium du pavillon une œuvre monumentale, le LostDogCo2, un chien géant de 4,5 mètres de haut reprenant la technique des infrastructures vertes. Composé de plantes dépolluantes, il a la capacité, grâce au processus de transpiration, de transformer les polluants contenus dans l’air en eau et en oxygène. Un œuvre d’art actrice de son propre message.

392369_10150455893854961_614634960_8709829_2037148289_n9. Quels sont les univers culturels ou artistiques qui vous inspirent ?

Aurèle : Le dadaïsme pour son anti-conformisme et ses prises de position. Le pop art et le nouveau réalisme pour avoir mélangé la haute culture et la basse culture et pour leur nouvelle approche du réel.  Et plus proche de nous Thomas Hirschhorn et Olivier Blanckart pour leur humanité et leur travail. J’aime les ingérables.

10. Quels sont les matériaux que vous préférez travailler ?

Aurèle : Tous et aucun en particulier : la pierre, le bronze, la vidéo, le néon, le polaroïd… Peu importe le medium, seul le concept m’intéresse. Je suis plus proche de l’idée que du résultat.

AureleLost-Dog-Ricard

11. Qu’avez-vous tiré de votre période indienne ?

Aurèle : L’âme, la joie de vivre, l’espoir d’une renaissance même si je n’y crois pas trop. J’ai renoué avec mes croyances chez Mother India.

12. Avez-vous le sentiment de prendre continuellement des risques dans votre travail d’artiste ?

Aurèle : Oui. C’est ce qui fait de moi un artiste. Bien qu’aujourd’hui, il y ait beaucoup d’artistes commerçants.

13. Quel regard portez-vous sur le monde ?

Aurèle : Je suis d’un optimisme tragique. Je vois ça comme si nous étions dans une voiture de sport à plus de 250km/h sur la file de gauche de l’autoroute. Nous voyons un mur, le mur approche, nous accélérons…Je tire sur le frein à main.

14. Que pensez-vous de l’Art actuel ?

Aurèle : À boire et à manger.

15. Quels sont vos projets pour 2010 ?

Aurèle : En mars : LostDogConnection, une oeuvre d’art virtuelle ouverte à tous, inspirée de mon travail sur la perte et l’errance. Cette oeuvre est d’abord une collection : la collection de toutes les réponses à une question simple mais profonde : “Et vous, qu’avez-vous perdu ?”. Chacun peut consulter, partager et enrichir cette collection de témoignages sur les sites communautaires les plus visités : Facebook (page LostDog Community), YouTube (chaîne LostDog Channel) et Twitter (fil LostDog Post). La collecte des réponses a démarré le 1er mars ; aucune date de fin n’est prévue. LostDogConnection se donne d’abord à voir sur Internet. Du 17 mars 2010 au 22 mars 2010, LostDogConnection sera à la Foire d’Art Contemporain ART PARIS + GUEST, au Grand Palais, sur le stand de la Galerie Nathalie Gaillard qui me représente. Du 1er mai au 31 octobre, LostDogConnection ira jusqu’à Shanghaï, à l’Exposition Universelle où je présente le LostDogCo2 dans l’atrium du pavillon français.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s