Arts, Interviews, Théâtre
Leave a Comment

Aurélia Thierrée Chaplin sous les feux de la rampe

Petite-fille de Charlie Chaplin, fille de Victoria Chaplin et de Jean-Baptiste Thierrée, soeur de James Thierrée, Aurélia Thierrée Chaplin est plongée dès le berceau dans l’univers du spectacle, jouant dès l’âge de 3 ans sur les planches avec ses parents. Après avoir cherché à s’éloigner du monde du spectacle quelques temps en enchaînant des petits boulots à New York, l’envie de remonter sur scène la rattrape. Elle collabore à des spectacles de Broadway avant de participer aux “Tiger Lillies Circus” dirigé par Martyn Jacques. Elle tourne aussi pour le cinéma sous la direction de Milos Forman, Colinne Serreau, Jalil Lespert avant de voguer entre cirque et danse dans “L’Oratorio d’Aurélia” puis dans “Murmures des murs” dirigés l’un et l’autre par sa mère Victoria Thierrée Chaplin. Polyvalente, atypique et talentueuse, Aurélia Thierrée Chaplin tisse avec succès une carrière tout en finesse.

  1. Vous considérez-vous comme une figure du spectacle ?

Aurélia Thierrée Chaplin : Je ne sais pas. Le spectacle est un mélange fragile. Chaque soir, je suis tout a fait consciente qu’il peut se briser. Il reste toujours un aspect indomptable, imprévisible. C’est ce que j’aime : cette fragilité. On devient autre.

aurelia
  1. Comment définiriez-vous votre style ?

Aurélia Thierrée Chaplin : C’est un hybride, difficile à définir. Le langage théâtral de Victoria est un langage visuel, qui puise ses racines dans le music-hall, entre autres, mais qui s’inspire aussi de la danse, d’ images, etc. On pourrait le qualifier de “théâtre visuel” ?

 

murs6
  1. Racontez-nous votre parcours…

Aurélia Thierrée Chaplin : J’ai fait mes premiers pas sur scène à l’âge de 3 ans puis j’ai voyagé en caravane les dix premières années de ma vie. Mes parents nous ont mis sur scène pour ne pas avoir à se séparer de nous, c’était une manière de rester ensemble. A 14 ans, j’ai voulu l’aventure, et l’aventure pour moi, était d’aller à l’école, rester dans une maison. J’ai l’impression d’avoir eu plusieurs vies, d’avoir souvent fait les choses à l’inverse, mais que tout m’a servi, et me sert. A un moment donné, le théâtre m’a manqué. Le spectacle s’est monté petit à petit. Je n’ai pas réfléchi : c’était une envie viscérale et ma famille me manquait. J’ai fait du cabaret à Berlin, tourné avec un groupe qui s’appelle “les Tiger Lillies”, joué dans quelques films et pratiqué d’autres métiers. Je suis consciente d’avoir un parcours atypique, que j’espère aussi, imprévisible.

 

aurelia-enfant

 

  1. Le spectacle, on peut dire qu’il est inné dans vos veines… Vous a-t-il été difficile de vous démarquer du travail de vos prédécesseurs ?

Aurélia Thierrée Chaplin : Je ne sais pas si le spectacle peut être inné… ça serait bien ! Je crois qu’on se définit petit à petit : on recherche, on peaufine, à l’infini. Il y a un style propre à nos spectacles, un langage commun mais nous avons tous les quatre des personnalités différentes, si par prédécesseurs vous vouliez dire mon grand-père, mes parents et mon frère. On se démarque de cette façon-là, par nos styles différents dans des univers un peu similaires.

 

Charlie_Chaplin
 5. Quels sentiments ressentez-vous à l’égard de votre grand père, Charlie Chaplin ?
 

Aurélia Thierrée Chaplin : Je suis une fan, comme tant d’autres. Cela apporte un côté un peu surréaliste à mon existence, ce lien avec un personnage qui appartient à tout un chacun. Surréaliste donc, un peu abstrait et beau.

 

victoria-chaplin
  1. Quel regard portez-vous sur votre mère, Victoria Chaplin?

Aurélia Thierrée Chaplin : Je lui fais une confiance aveugle. Elle a son univers, un imaginaire fort.  C’est une “inventrice”. Son talent est immense.

10692[17325]

 

  1. Quand et comment avez-vous ressenti le besoin de devenir comédienne ?

Aurélia Thierrée Chaplin : Le théâtre me manquait : son odeur, le bois qui craque, une salle dans l’obscurité. Il n’y a pas eu un moment précis, mais de nombreux moments qui se sont accumulés.

 

rouge
  1. Parlez-nous de “l’Oratorio d’Aurélia”…

Aurélia Thierrée Chaplin : L’Oratorio est un spectacle visuel qui fonctionne avec l’imagination du public. Il est fait d’un travail artisanal, fait de fils et de cartons, de coordination entre nous, sur scène, et le public. Les effets visuels sont simples a deviner. Ce qui est intéressant et beau, c’est le moment où les gens décident de ne pas chercher à deviner et se laissent emporter par une histoire, ou par divertissement. A Londres, un critique avait intitulé son article sur l’Oratorio : “supension of disbelief.”

james_thierree
  1. Comment se passe votre collaboration avec votre famille dans tous ces projets qui vous unissent ?

Aurélia Thierrée Chaplin : On s’enthousiasme pour un projet, on en parle, on construit, on essaye, on imagine. Pour l’Oratorio, Victoria a créé presque tout. A une époque, j’aimais dire qu’elle avait tout fait, même moi. Concrètement, elle construisait les numéros, et ensuite, elle me jetait dedans, pour trouver leur logique, les rendre personnels, etc.

 

13510846_10154489008136159_6975020921657480511_n

  1. Comment définiriez-vous l’univers “Chaplin – Thierrée” ?

Aurélia Thierrée Chaplin : Ils ont créé leur propre style, tout à fait original.

 

at734N
  1. En quoi consiste votre travail quotidien ?

Aurélia Thierrée Chaplin : En tournée ou hors tournée ? Dans les deux cas, je dois garder un minimum de discipline. Cette année est chargée parce que nous tournons L’Oratorio et en parallèle, nous répétons un nouveau spectacle.

 

danse-aurelia
  1. Quel est le meilleur compliment qu’on puisse vous faire ?

Aurélia Thierrée Chaplin : A Berkeley, en janvier dernier, un chien de service a assisté au spectacle ( la personne était handicapée) mais nous ne le savions pas. A un moment du spectacle, je me fais manger la jambe : il n’y a pas de musique à ce moment-là. Dans la salle, j’ai entendu un gémissement de chien qui m’a surprise. Puis à un autre moment, Jaime Martinez (mon partenaire de scène) m’attaque et là, le chien a aboyé. Il parait qu’il se tenait assis, tout droit, sans bouger, à suivre le spectacle, et qu’il était d une concentration impressionnante.

 

13438873_10154504047811159_3833278431580114940_n

 

  1. Quel métier souhaitiez-vous faire enfant ?

Aurélia Thierrée Chaplin : Fermière-végétarienne.

 

fhd006GYG_Aurelia_Thierree_001
  1. Avez-vous le sentiment d’une évolution, une maturité dans votre style ?

Aurélia Thierrée Chaplin : C’est un des seuls bénéfices du temps, non ? On apprend, on désapprend, on peaufine, on recommence : on en sait de moins en moins, mais en connaissance de cause, on continue d’apprendre. On s’inscrit dans la durée, peut-être. Si un jour le spectacle s’arrêtait, alors ça serait autre chose, je m’adapterais. Je crois. Je n’en sais rien. Pour l’instant, c’est ma vie, et c’est un choix de vie.

 

 

  1. Que faites-vous quand vous ne travaillez pas ?

Aurélia Thierrée Chaplin : Là, tout de suite ? Premier jour off. Il fait beau, je rentre à Paris dans quelques heures.  J’ai fait du café et je vais faire ma valise.

 

img-holdingaureliathierreemurmors_115531595780
  1. Quel est votre péché mignon ?

Aurélia Thierrée Chaplin : Les films en plein milieu de la nuit : me réveiller a trois heures du matin, et regarder un film. Mais j’aime aussi lire, écrire, garder des moments isolés, suspendus, voir le jour se lever, et me rendormir quelques heures, si possible.

 

p183780_6-murmures-des-murs

 

  1. Un rêve à réaliser ?

Aurélia Thierrée Chaplin : Oui.

 

img-embedaureliathierreemurmurs_115517929850

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s