A la une, Arts, Portraits
Leave a Comment

André Boubounelle, la confession d’un homme du siècle

André Boubounelle, un nom qui paraît sortir tout droit d’un roman de Gustave Flaubert. Un nom aux formes arrondies, aux consonances gourmandes qui nous mènent d’office aux portes d’un univers référentiel familier et rassurant.

A une époque mettant par principe l’art figuratif de côté, le peintre André Boubounelle ose manier sa palette à la semblance d’un gouvernail traçant son sillage parmi les courants déchaînés du monde. Ancien élève de l’Ecole Nationale des Arts appliqués de Paris, puis de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Paris, il expose quelques années à la Galerie Anne Blanc puis obtient le prix de la Casa Velázquez et de l’Institut de France en 1991, avant de devenir pensionnaire de la Casa Velázquez à Madrid de 1992 à 1993.

Héritier de Pierre-Henri de Valenciennes et de Camille Corot, André Boubounelle peint d’un œil très contemporain ses paysages de la campagne et de la montagne, des vues urbaines ou des marines. Empreinte de grâce et de gravité, sa peinture transcrit la vision d’un monde magnifié : ses huiles évoquent le silence – le silence du Mystère -, dans des écrins de nature choisis. L’amateur fait face à une scène poétique et sereine, dénuée de fioritures, où chaque coup de brosse bat la mesure du temps qui nous leurre ou nous instruit. La peinture d’André Boubounelle est en quelque sorte une quête spirituelle sur les traces d’un Art grandiose. Ses toiles respirent. Sa peinture se meut. Ses paysages inhabités chuchotent.

Maniant avec dextérité la technique à l’huile ou le pastel, André Boubounelle projette l’expérience universelle de l’homme face à la nature avec une intensité émotionnelle rare. Tout à tour l’on se promène dans ses paysages familiers, de la Seine sous la neige à la campagne ensoleillée du Vexin en passant par la forêt de Rambouillet, jusque dans ses voyages dans le monde latin.

André Boubounelle revêt le rôle de passeur de lumière dans ce siècle de transition en proie à une angoisse sous-jacente. Chacune de ses toiles est un gage d’espérance qui prend la forme d’une confession, celle d’un homme du siècle.

En savoir plus : www.artismagna.com et www.boubounelle.com

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s