All posts filed under: Musique

De la musique avant toute chose avec Cyrille Dubois

Révélation Lyrique aux Victoires de la Musique Classique 2015, Cyrille Dubois est depuis toujours un artiste insatiable de découverte de nouveau répertoire. Il  découvre le chant pendant son enfance dans les classes horaires aménagées de la Maîtrise de Caen (direction Robert Weddle). Grace aux auditions hebdomadaires, il aborde pendant ces années un large répertoire sacré et profane. En tant que soliste, il a pu participer à de nombreux projets tel les Pie Jesu des requiem de Fauré, Duruflé, ou Andrew Llyod Weber, les Chichester Psalms de Bernstein ou le Tour d’Ecrou (Miles) de Britten à l’Opéra de Lyon et Chambéry. Quelques années après, il entre en ténor au CNSM de Paris (Classe d’Alain Buet). Mais la grande passion de Cyrille réside dans le Lied et la Mélodie dont il est un émissaire recherché. C’est au contact d’Anne Le Bozec et Jeff Cohen avec lesquels il se produit en récital, qu’il découvre ce répertoire. Il forme avec le pianiste Tristan Raës le Duo Contraste. Des rencontres avec de grands interprètes de ce genre leur a permis …

Si Till Fechner m’était conté…

Baryton-basse au croisement des cultures française et germanique, et de la culture italienne que sa voix lui a permis de servir, Till Fechner se produit sur les plus grandes scènes lyriques françaises et européennes, avec un goût évident pour le travail scénique. Il est ainsi le Masetto (Don Giovanni) de la production de Peter Brook et Claudio Abbado qui a fêté le 50ème anniversaire du Festival d’Aix-En-Provence, et qui a été reprise en tournée à Stockholm, à l’Opéra National de Lyon, à Bruxelles, au Piccolo Teatro de Milan et à Tokio en 1998. Il a également tissé des liens étroits avec d’autres metteurs en scène tels que André Engel, Giorgio Barbiero-Corsetti, Jean-Claude Berutti, Andrei Serban, Jean-François Sivadier, Omar Porras (pour L’Elisir d’Amore), Charles Tordjman dans Der Kaiser Von Atlantis donné à l’Opéra National de Lorraine et à la Cité de la Musique de Paris en 2004. Mais c’est au bel canto, plus exactement à Rossini, que Till Fechner a consacré l’essentiel de son travail. En 1992 déjà, il était invité par Alberto Zedda à étudier au …

Karol Beffa, “Janus” de la musique

Tel “Janus”, le dieu des dieux de la mythologie romaine, Karol Beffa a plusieurs visages : pianiste, compositeur et improvisateur. Reçu premier à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm), il étudie l’Histoire, l’anglais, la philosophie à l’université de Cambridge, et les mathématiques : il est diplômé de l’Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique (ENSAE). Entré au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris à 14 ans, il y obtient huit Premiers Prix. Reçu premier à l’Agrégation de musique, il enseigne à la Sorbonne puis à l’Ecole Polytechnique. Il a obtenu en 2003 le titre de Docteur en musicologie et a été élu Maître de conférence à l’Ecole Normale Supérieure (Ulm). Pianiste, Karol Beffa s’est produit en soliste avec orchestre à sept reprises. Il accompagne régulièrement des films muets et a composé une vingtaine  de musiques de films. Compositeur, ses œuvres ont été jouées en France, en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne, en Russie, aux Etats-Unis et au Japon. Karol Beffa a été compositeur en résidence auprès de l’Orchestre National du Capitole de Toulouse de 2006 à …

A.R Rahman ou “le Mozart de Madras”

Illustre figure de la musique indienne contemporaine, Allah Rakha Rahman est devenu une icône de toute une génération. Mixant des rythmes traditionnels issus de la musique gazhal et des sonorités nouvelles, expérimentant de nouveaux procédés et des genres différents, mélangeant des techniques modernes et des instruments de la cour des grands Moghols, Rahman est un compositeur qui se situe entre orient et occident, nord et sud, tradition et modernité, richesse et pauvreté. Essentiellement compositeur de musiques de films, Rahman s’est révélé au monde entier à travers la bande originale du premier film d’un triptyque du tamoul Mani Ratnam (Roja,1992) consacré au terrorisme, dont les mélodies se sont répandues à des millions d’exemplaires. Enchaînant les succès avec les films tamouls (Gentleman, Kdhalan, Indian…), les films hindis (Rangeela, Taal, Lagaan…), il a connu en 1997 un succès mondial avec la sortie de l’album “Vande Mataram” qui célèbre le 50ème anniversaire de l’indépendance de l’Inde. Reconnu par les grands maîtres de la musique indienne tel que Zakir Hussain aux côtés duquel il a travaillé, et diplômé de la Trinity College …

Ane Brun, le lyrisme scandinave

Auteur compositeur, guitariste, chanteuse, productrice, Ane Brun est une artiste norvégienne dont l’oeuvre est empAjouterreinte d’une grâce unique. Mêlant jazz et folk, la musique d’Ane Brun oscille sans cesse entre douceur et amertume, tension et apaisement, noirceur et pureté.  Forte de l’héritage musical de la pop folk scandinave (Anna Ternheim, Nina Persson, Frida Hyvönen, Nina Kinert), Ane Brun pare ses musiques de textes lyriques, fruits de l’élan de ses sentiments personnels : amours impossibles, amitiés déchues… S’accompagnant traditionnellement à la guitare, son timbre de voix est habité par une douceur pénétrante qui me magnétise. Ane Brun fait partie de ces découvertes immenses qui me transportent aux limites de ma sensibilité musicale. Encore discrète en France, Ane Brun connaît un franc succès dans les pays scandinaves et anglophones avec ses derniers albums (Duets, Changing of the seasons, Sketches, Big in Japan…). D’une country folk traditionnelle, en balades aussi minimales que fragiles, la musique d’Ane Brun me rappelle à la fois Joni Mitchell, Dolly Parton, Alison Kraus et Cat Power.

Véronique Gens, émouvante Prima Donna

Silhouette élancée, regard grave, voix cristalline… Interprète reconnue pour ses performances en musique baroque, Véronique Gens a su intelligemment tisser sa toile lyrique et élargir le spectre de son répertoire depuis des opéras de Mozart (La Flûte Enchantée, Cosi Fan Tutte, Les Noces de Figaro…) aux mélodies françaises (Berlioz, Debussy…), aux airs et danses de Gluck (Les Tragédiennes) et aux opéras de Wagner (Le Vaisseau Fantôme). Suffisamment talentueuse pour ne pas s’être enfermée dans le répertoire baroque, Véronique Gens a su gagner en maturité pour donner à sa carrière un tournant international. Elle a interprété des rôles aussi divers que Chérubin et la Comtesse, dans les Noces de Figaro, Donna Elvira dans Don Giovanni, Vitellia dans La Clémence de Titus, Pamina dans La Flûte enchantée ou Fiordiligi dans Così fan tutte, Mélisande dans Pelléas et Mélisande, Alcina de Haendel, et Tatiana dans Eugène Onéguine… C’est en écoutant il y a quelques années son album « Les Nuits d’été » de Berlioz, que je suis restée sans voix face à un timbre aussi chaud et racé. Inutile …

Philip Glass, tout en musique…

Qui n’a pas déjà entendu une des nombreuses mélodies composées par Philip Glass ? Qu’il s’agisse de ses opéras, symphonies, sonates ou compositions cinématographiques, Philip Glass est devenu l’un des musiciens les plus influents de la fin du XXème siècle. J’avoue avoir progressivement découvert la musique de Philip Glass au cinéma dans les films Kundun, The Hours, L’Illusioniste, The Truman Show… Enchaînement de notes glissant sur le clavier, retour à la tonalité, thèmes entêtants, chants d’inspiration orientale, la notion de temps dans la musique de Philip Glass est perçue de façon entièrement différente de celle entretenue habituellement, non plus comme une continuité mais plutôt comme une succession d’instants… Parallèlement à Steve Reich ou Terri Riley, Philip Glass a développé une musique minimaliste et mystique fondée sur des modules répétitifs. Philip Glass a depuis évolué vers une musique davantage stylistique dans laquelle l’aspect répétitif n’est plus prépondérant. Depuis lors, cette figure du monde de la musique contemporaine se définit comme un compositeur classique, ayant étudié Bach, Beethoven ou Schubert. Philip Glass a abandonné la musique sérielle (musique fondée …